L'INFORMATIQUE HYPER SIMPLIFIÉE pour les Experts-Comptables

Retrouvez votre liberté tout en gagnant 20% de productivité !

Retour vers page principale

   Vous êtes (toujours) pressés et sans doute lassés d'être la cible continuelle des éditeurs de logiciels... cependant l'informatique est pour vous un outil "stratégique", son utilité pour traiter la comptabilité n'est pas à démontrer et du bon fonctionnement de cet outil dépend pour une assez bonne part, et depuis de nombreuses années, la performance du cabinet.

   Vous ne pouvez pas ignorer qu'actuellement 'les temps changent' et même que cette évolution ne fait que s'accélérer... Nous sommes visiblement entrés dans une période de fortes turbulences dues (entre autre bien sûr) à la 'mondialisation' et au développement des 'nouvelles technologies'. On peut s'attendre à ce que cette 'crise' soit loin d'être terminée et frappe très fort tout particulièrement les cabinets ! Les entreprises qui cherchent à survivre s'efforcent de limiter au maximum leurs frais de comptabilité ou de traitement de la paye, la concurrence surgit de partout (A.G.A autorisées à tenir de gros dossiers comptables, mise en place du T.E.E, et même délocalisation de la saisie !) ainsi il est clair qu'on vous demandera d'abaisser toujours plus vos tarifs ! D'autre part et simultanément l'administration met pas à pas en place une 'e-administration'... 'On' vous annonce que la 'télédéclaration' obligatoire généralisée (pour toutes les entreprises) serait pour bientôt ! 'On' vous fait comprendre que l'arrivée celle-ci ainsi que tous les autres 'progrès' faits dans le domaine des nouvelles technologies numériques imposent, afin de profiter des énormes gains de productivité désormais possibles (sic), l'emploi dans les cabinets d'une nouvelle génération de logiciels 'communiquants' toujours plus complexes et sophistiqués mixant traitements comptables, applications bureautiques, gestion de transmissions sécurisées par internet, remplissage automatique de formulaires électroniques signés numériquement, G.E.D. permettant le 'zéro-papiers', etc... etc...

   Grâce à une action de lobbying et de marketing intense et aussi un incontestable manque de sens critique de la part des utilisateurs, ce genre de logiciel a fini par s'imposer dans beaucoup de cabinets. Du fait de leur inextricable complexité et des coûts de développement et de mise au point très importants qui en résultent une concentration extrême des éditeurs de logiciels pour experts-comptables est en cours et très peu d'éditeurs spécialisés vont subsister. Une sorte de 'nasse' se referme petit à petit sur l'ensemble de la profession, un puissant 'lobby' doté d'importants moyens marketing et communication est en place pour exploiter le marché que vous représentez du fait de votre dépendance totale vis à vis de cet outil (car ce n'est que cela) rendu, en particulier avec l'aide de l'administration, toujours plus essentiel pour vous...

   Pour être à même de résister au piège, de garder votre rentabilité en évitant tous ces investissements informatiques présentés comme inéluctables, vous vous devez d'être un utilisateur averti de l'outil informatique, aussi nous vous invitons à lire attentivement ce qui suit :

  Nous sommes tous 'intoxiqués' afin de consommer toujours plus d'informatique !

   La vente d'ordinateurs s'est toujours effectuée en utilisant une part très importante d'esbroufe (au début des années 70, l'IBM 360 faisait jouer de la musique par son imprimante pour séduire les clients). Ce phénomène s'est fortement accentué avec l'apparition du micro-ordinateur qui a fait que le 'lobby' de l'informatique s'est attaqué à des clientèles de moins en moins averties comme les utilisateurs de bureautique puis ensuite carrément le 'grand-public'.

    Les progrés 'hardwares' du PC ont été et continuent d'être impressionnants: un PC récent, du type de ceux employés en cabinet, est 500 fois plus puissant et coûte 4 fois moins cher que le PC utilisé il y a 20 ans ! Afin de compenser l'énorme perte de revenus auquel il pouvait logiquement s'attendre, le 'lobby' s'est arrangé à force de communication et même d'intoxication pour inciter, même en entreprise, à un usage semi-ludique du micro-ordinateur faisant appel au graphisme à outrance gros consommateur de puissance et d'espace de stockage, de manière à ce que toute cette importante puissance de traitement soit en quelque sorte systématiquement gâchée et qu'ainsi ou le PC reste cantonné à des tâches subalternes (bureautique) et ne s'attaque pas au secteur traditionnel et rentable de la grosse informatique (où, comme par hasard, le graphisme n'est pas employé !) ou alors, lorqu'on désire quand même lui faire faire les tâches traditionnellement allouée à la grosse informatique, sa puissance s'avère systématiquement insuffisante et nécessite son renouvellement régulier.

    En particulier dans les cabinets d'expertise, le résultat a été que l'énorme puissance informatique disponible à bas prix au travers de tous ces PC installés partout n'a nullement contribué à améliorer la productivité et l'efficacité des traitements des Dossiers, au contraire même: l'orientation résolument graphique et même désormais 'multi-média' du PC rend son fonctionnement sans cesse plus complexe et aléatoire lorsqu'il s'agit de réaliser les tâches traditionnelles et 'sérieuses' de gestion et de comptabilité (problèmes de 'drivers', réalisation des sauvegardes sur CD, précautions à prendre pour se protéger des virus, etc...). On peut affirmer que les gains de productivité par l'usage de l'informatique en cabinet sont nuls sinon négatifs depuis quinze ans !

    Pourquoi en sommes nous arrivé là ? la réponse est simple: l'incontestable efficacité auprès de tout le monde (grand public, média, grands et petits décideurs, et même artistes, metteurs en scène etc...) du discours marketing pratiqués par les experts en communication appartenant au lobby concernant l'usage et le futur de l'informatique ! Souvenez vous les extraordinaires performances intellectuelles de l'ordinateur HAL du célèbre film 2001 L'ODYSSEE DE L'ESPACE ! En étudiant, à tête reposée, tous ces discours vous constaterez que ceux-ci reposent en fait sur les quelques principes bien connus, qui ont fait leurs preuves dans tous les secteurs et depuis toujours: emploi de concepts et d'expressions 'ronflants' si possible anglo-saxons (la 'business intelligence' par ex.), on y joue d'abord sur le rêve en particulier celui d'un monde ou des machines, sortes d'esclaves modernes, régleraient tous nos problèmes (avec le mythe de l'ordinateur "intelligent" ou des logiciels "qui pensent" qui permettent en particulier de faire des opérations fort complexes, établir un Bilan par ex., "en un seul clic"), le désir de prestige et la vanité (vous êtes un précurseur, un leader, vous êtes au top en utilisant, avant tous vos confrères, l'informatique "du troisième millénaire") et la crainte ("si vous n'utilisez pas les nouvelles technologies vous allez disparaitre !").

   En ce qui concerne l'équipement des cabinets d'expertise, les solutions informatiques qui vous sont proposées sont bien évidemment toutes basées sur WINDOWS (le 'lobby' n'a pas encore trouvé le moyen de gagner grand-chose avec LINUX !), cet environnement 'multimédia' propre à l'emploi de tous ces gadgets graphiques qui alimentent le coté magique impérativement nécessaire. Il est pourtant évident que ce système sophistiqué mais extrêmement fragile et complexe, est avant tout destiné au grand public qui s'adonne aux "nouveaux loisirs numériques", éventuellement aux personnes qui prétendent "travailler en s'amusant" (d'ailleurs EXCEL n'est-il pas finalement et essentiellement un jeu ? un loisir numérique au sens propre ?) et aussi faire 36 choses simultanément. WINDOWS est un système ultra-généraliste, très habilement conçu dans le but de fournir toujours plus de revenus à son concepteur (sachez qu'une nouvelle version encore plus 'merveilleuse' (sic), '64 bits', est en préparation qui vous permettra de gérer au mieux, depuis votre canapé, votre PC 'Media Center' et même votre cafetière 'electronique' le tout dans un environnement graphique '3D') mais en aucun cas optimisé pour le fonctionnement sûr, rapide et économique qui vous est nécessaire pour traiter le plus efficacement possible, à longueur de journée, des dossiers comptables !

   Un des principaux objectifs de ces sociétés éditrices de logiciels est avant tout le "revenu récurrent" grâce à une clientèle rendue captive, en effet il n'y a rien de tel pour "asseoir" une valeur en bourse. La manoeuvre consiste donc à vous rendre à terme - vous et vos clients - complètement dépendants en vous noyant dans la technologie de systèmes informatiques lourds et complexes, vraiment maîtrisables seulement par des experts. Une fois tous ces systèmes extraordinaires installés (au prix de centaines d'heures de travail...), les logiciels achetés, les contrats (de service ASP par ex...) signés, les traitements des dossiers clients commencés, le point de non retour est dépassé et les problèmes, les aspects cachés ou non envisagés de ces solutions apparaissent. En contrepartie de certains gains immédiatement apparents de productivité, on réalise que les investissements on été bien plus importants que prévus, qu'une certaine compétence interne est à acquérir et surtout qu'une assistance technique constante très onéreuse s'avère obligatoire car les problèmes dus à la complexité et à la fragilité de ces systèmes se succèdent ! C'est trop tard qu'on constate l'énorme problème que pose le virus qui a contaminé les ordinateurs WinXP PRO reliés en réseau, qu'on s'aperçoit que toutes les opérations courantes (saisie d'écritures, impression des états) sont devenues formidablement laborieuses et lentes, que le coût d'un beau site internet est exorbitant, etc... etc...

   Au final, à l'heure des comptes précis, on constate que non seulement le gain global réel apporté par toutes ces solutions ultra-sophistiquées est tout simplement nul mais qu'en plus vous vous êtes structurellement fragilisé en devenant toujours plus dépendant de votre système et vos fournisseurs informatiques !

En ce qui concerne la 'télédéclaration'...

   Tout le monde, notamment les vendeurs de solutions informatiques, ne vous parle que de cela ! Celle-ci constitue l'un des volets très importants de la 'e-administration'. La mise à disposition du public d'informations administratives par simple interrogation de sites sera à coup sûr une réussite du fait de la (relative) simplicité d'emploi pour l'usager et de la (relative) modicité du coût de mise en place d'un tel système. Par contre la mise en place, à marche forcée, sur les bases actuelles, de la télédéclaration généralisée sera un fiasco retentissant !

   Pourquoi ?

   Tout d'abord parce que la 'télédéclaration' est une application fort complexe qui va poser des problèmes techniques en aucune mesure comparables à ceux posés par la simple mise en place de 'Serveurs HTTP' destinés à l'affichage de documents HTML. Un tel système devant permettre (et ceci au travers d'internet) convivialité/interractivité/souplesse d'emploi parfaite, sécurité/fiabilité absolue, devrait nécessiter des investissements très lourds et ceci pour la mise en oeuvre, dans l'état actuel des choses, d'un ensemble hétéroclite de toutes sortes de technologies propriétaires (et donc fermées), fournies par des sociétés étrangères (aucune n'est même seulement européenne !) en concurrence les unes avec les autres, technologies totalement immatures et en constante évolution: architecture Java ? .NET ? PHP ? serveur de formulaires (PDF ? XForms ?), usage ou non du format XML (sans doute le seul format de fichier adapté aux échanges de données fiscales ou sociales, tout le système actuellement en place devra donc, à terme, être refondu afin de s'y adapter...), bases de données (SQL ou PL/SQL ?), télépaiement, certificats/signatures électroniques, lutte intensive (perdue d'avance ? voir l'attitude de MicroSoft vis à vis de ce problème) contre les virus, etc... Un tel système, déjà fort difficile et coûteux à développer et à maintenir en bon état de fonctionnement 7J/7 et 24h/24, devra pourtant être régulièrement modifié et adapté afin de suivre l'évolution constante de la réglementation. La rigidité dans le traitement des déclarations qui sera forcément introduite ne sera pas acceptée par les contribuables, la complexité des problèmes à résoudre (notamment pour pallier à cette rigidité) deviendra tout naturellement inextricable, le coût des améliorations/modifications sans cesse nécessaires sera toujours plus important et s'ajoutera à celui du système de déclaration classique sur papier qui ne pourra jamais être supprimé.

    La deuxième raison principale de l'échec auquel il faut s'attendre est due à la fois aux coûts et aux complications techniques pour le 'télédéclarant'. L'accès complet à toutes les possibilités d'internet nécessaires pour 'télédéclarer' revient cher ! (on peut par ailleurs craindre l'accroissement inacceptable de la 'fracture sociale' qui ne peut manquer d'en résulter). Le 'terminal' permettant la télédéclaration, c'est à dire la partie 'client' du système, n'est en effet absolument pas fourni gratuitement par l'administration ! or, d'après les choix techniques faits actuellement par celle-ci, il ne peut s'agir que d'un PC dernier cri fonctionnant sous Windows, en parfait état de fonctionnement, c'est à dire régulièrement 'entretenu'. Rappelons qu'en moyenne, en vingt minutes, un PC connecté à Internet est infecté par un virus ou attaqué par un pirate (nécessite donc achat et installation d'antivirus, etc...). Selon une enquête récente seulement 29% des français disposent d'un accès à internet (voir enquête Médiamétrie de Mars 2004), moins de la moitié de ces accès étant 'haut débit' (ADSL), condition obligatoire pour télédéclarer. L'opération de télédéclaration elle-même nécessite une bonne maîtrise du fonctionnement du PC et même une réelle compétence en informatique : pour 'télédéclarer' il faut commencer par télécharger et installer un logiciel appelé 'J.V.M', de quoi s'agit-il ? Le 'télédéclarant' potentiel, obligatoirement de classe sociale aisée et maîtrisant bien le fonctionnement d'un PC sous WinXP (donc informaticien professionnel ou au moins fana d'informatique et des nouvelles technologies), ne représente qu'un infime pourcentage de la population. Le taux maxi d'usage du système sera rapidement atteint, il faut rappeler qu'au total et malgré toutes les incitations, 4% seulement des foyers fiscaux ont télédéclaré en 2004...

    Toutes ces remarques concernant coûts et complications techniques s'appliquent au simple particulier et à la télédéclaration de l'impôt sur le revenu tout autant qu'à la télédéclaration des données fiscales et sociales des petites entreprises ou travailleurs indépendants/professions libérales.

    La troisième raison est tout simplement que les fameux 'gains de productivité' annoncés, considérés globalement, resterons toujours sujet à caution et donc les décideurs, en ces temps d'impérative rigueur budgétaire, hésiterons à accorder les moyens nécessaires pour développer suffisamment puis entretenir le système. Il faut savoir qu'aucune grande entreprise privée n'a jamais réussi à quantifier les gains obtenus grâce à l'usage des 'nouvelles technologies' et que ceux-ci sont très souvent contestés au point que les budgets accordés sont en baisse dans la majorité des entreprises. Concernant la mise en place de la télédéclaration de l'impôt sur le revenu, un responsable a pu déclarer: "Ce téléservice fonctionne très bien, mais n'a pas permis de réduire le nombre de fonctionnaires ni les coûts de production". Ainsi on ne constate aucun gain coté administration et une grosse dépense en matériel/service informatique coté 'télédéclarant'. Où est le gain 'global' ?

    Au vu de tous ces problèmes on peut se demander quel est l'avenir d'un tel projet (voir forum Administration Electronique) ? Les décideurs se montreront-ils sur le long terme toujours convaincus de son intérêt ? Les budgets nécessaires au développement de cette informatique administrative (tenant compte de coûts qui vont inmanquablement 'déraper') vont exploser. Seront-ils disponibles dans un pays endetté à hauteur de 1700 milliards d'euros ? L'administration Française acceptera-t-elle, après avoir beaucoup dépensé, de devenir hautement dépendante de tous ces prestataires extérieurs dont le premier souci est de 'faire de l'argent' ? du bon vouloir de sociétés U.S. polarisées sur leurs résultats boursiers ? fera-t-elle le choix du tout-MicroSoft (plate-forme .NET censée résoudre tous les problèmes techniques et de cohérence évoqués ci-dessus) ? ou, à l'inverse, tentera-t-elle l'aventure de 'l'open-source' ? Acceptera-t-elle de prendre le risque de paralysie totale possible en cas d'attaque massive par virus des sites de télédéclaration ? En ce qui concerne plus particulièrement les experts-comptables, contraints à des mises à jours régulières et coûteuses de leurs logiciels 'intégrés' permettant la télédéclaration, accepteront-ils de dépendre de quelques éditeurs en position de les 'ponctionner' à loisir ? se plieront-ils à cette obligation de 'bidouillage' informatique perpétuel ? etc... etc...

    Au sujet de la télédéclaration on peut dire que:

Tant que des outils rustiques et simples d'emploi, ne seront pas mis gratuitement et démocratiquement à la disposition de tous les citoyens (ou entreprises), la 'télédéclaration' ne pourra pas être généralisée et rendue obligatoire !

    Un tel système serait peut-être réalisable (voir un logiciel DOS, interface écran style MINITEL qui à fait ses preuves, lancé automatiquement à partir d'un CD bootable diffusé gratuitement et partout) mais, de toute manière et au vu des solutions actuellement envisagées, autant dire que cela n'est pas près d'arriver ! La volonté de généralisation de la 'télédéclaration', sur les bases actuelles, est tout simplement un délire techniciste très fortement encouragé et mis en avant par le 'lobby' qui voit miroiter de très juteux contrats ! Comme la plupart des utilisateurs, l'administration se trouve elle aussi 'noyée' dans l'informatique et va 'patauger' (en dépensant malheureusement beaucoup d'argent: de 2001 à 2005, la progression du marché informatique de l'Administration a atteint 18 %, contre 8 % en moyenne pour les autres secteurs en France) encore longtemps. Il est donc urgent d'attendre que tout ceci décante tranquillement. Ne vous laissez pas impressionner par certaines informations qui ne sont rien d'autre que de la 'communication', il n'y a aucun risque à rester tranquillement sur ses gardes et bien au contraire beaucoup à investir fortement sur des systèmes informatiques énormes et incontrôlables en se laissant persuader de la mise en oeuvre rapide et inéluctable de la télédéclaration généralisée obligatoire et aussi de ces soit-disant gains extrordinaires rendus possibles par l'adoption massive des 'nouvelles technologies'.

Il existe une alternative !

   Vous devez savoir que des moyens informatiques très réduits, mais utilisés avec astuce, permettent d'obtenir de bien meilleurs résultats en termes d'efficacité et de productivité, que ceux forts coûteux qui vous sont proposés et auxquels il ne vous semble pas possible d'échapper. Des solutions simples permettant l'emploi un tant soit peu optimisé du PC et de la formidable puissance de calcul qu'il offre aujourd'hui (500 fois plus qu'en 1985 !) existent mais ne sont bien évidemment pas du tout mises en avant par les vendeurs (exemples: comment faites-vous pour transférer de gros fichiers d'un PC vers un autre ? peut-on envoyer un e-mail ou créer des fichiers PDF simplement avec le DOS ?).

   L'heure est aux solutions 'drastiques' privilégiant l'efficacité. Nous vous offrons la possibilité de rompre de manière radicale avec cette logique de dépendance et de gâchis qu'on cherche à vous imposer. Notre solution consiste à savoir avant tout s'organiser de façon (tout en offrant le même service réel au client) à pouvoir employer une informatique (basée sur DOS) la plus rustique possible, mais dont vous gardez la maîtrise (le fonctionnement d'un PC sous DOS s'assimile en quelques heures) et connaissez ainsi toutes les 'astuces' d'utilisation. Le cabinet n'a plus à se trouver architecturé autour de cette sorte de cathédrale que constitue le système informatique 'intégré' dont la moindre anomalie de fonctionnement est paralysante, au contraire, les PC sont devenus des outils banalisés et 'simples comme un vélo', que chaque collaborateur s'est réellement approprié. Oubliez les discours marketing: DOS est un système incontournable et d'avenir tout à fait adapté à vos besoins. L'emploi du simple système DOS est la seule solution pour retouver sa liberté et échapper à cette impasse dûe à la complexité toujours grandissante et toujours plus coûteuse des systèmes Windows/Linux etc... Sachez même envisager l'emploi de FreeDOS qui vous offre cette liberté gratuitement et à vie (pour en savoir plus).

   La réorganisation du cabinet s'effectue de façon à ce que chaque collaborateur, disposant de son propre PC fonctionnant uniquement sous (Free)DOS, gère les dossiers dont il est responsable. Les PC sont totalement indépendants, il n'y a pas de mise en réseau. Chaque collaborateur connait les quelques commandes nécessaires à l'usage professionnel de (Free)DOS (formatage, copie, etc...). EDICALC remplace très avantageusement EXCEL sur chacun des postes pour tout ce qui concerne l'obtention d'états de synthèse comptables. L' un des postes (Free)DOS est plus particulièrement destiné à l'édition des Liasses Fiscales, il dispose d'une imprimante laser POSTSCRIPT grande vitesse (20 pages/minute). Eventuellement, d'autres PC dédiés à la bureautique ou l'accès Internet disposent de WINDOWS, LINUX, etc... L'utilisation intelligente des "nouvelles technologies" (envoi par e-mail de dossiers comptables ou d'états de synthèse par ex.) est possible de manière très simple, efficace et économique.

   En ce qui concerne votre activité juridique (droit des sociétés, droit social, etc...) nous proposons l'usage d'un petit logiciel utilitaire JB.EXE, d'une extrème simplicité d'emploi, utilisable éventuellement au travers d'un réseau, vous permettant d'organiser et d'exploiter avec une totale liberté votre propre ensemble de textes de base. Vous ne devez pas ignorer le fait qu'aujourd'hui de très nombreux textes sont disponibles gratuitement ou pour des montants très modiques sur internet, le problème n'est pas de savoir les collecter (simples téléchargements) mais surtout ensuite de pouvoir les organiser sur votre disque dur afin d'en faciliter la recherche et l'accès à l'aide de votre logiciel de traitement de texte. Si vos besoins restent relativement limités, l'usage de JB.EXE avec un minimum d'astuce et d'organisation vous permettra éventuellement de concilier liberté et économie aussi dans ce domaine en évitant l'emploi d'un système informatique spécialisé très coûteux.

   Après mise en place d'une telle organisation vous constaterez très vite de forts gains de productivité (rapidité des traitements, absence de problèmes techniques) et la réalisation de très importantes économies ! (frais d'assistance très réduits, forte baisse des investissements, de la taxe professionnelle, etc...) En ces temps d'âpre concurrence, tout aussi difficiles pour vous-même que pour vos clients, la compression des prix de revient ainsi obtenue vous permettra d'abaisser vos tarifs client tout en améliorant votre rentabilité. La maîtrise technique devenue possible vous permettra de tester ou de mettre en place, en toute indépendance, toutes sortes de solutions techniques (travail sur portable, envoi de dossiers par e-mail, conversion PDF, etc...).

   En adoptant MILEC, vous utiliserez l'informatique avec discernement en ayant enfin la maîtrise de cet outil essentiel pour vous...

   Nous vous offrons :

Les questions que vous vous posez sûrement :

Question: Si vos produits sont si intéressants comment se fait-il que je n'en ai jamais entendu parler ?

>> Réponse: Les succès en matière de diffusion de logiciels sont, jusqu'à présent, essentiellement des succès de marketing et de communication. Dans ce secteur, très prisé des investisseurs, il est difficile de se faire connaître à moins de disposer d'un gros budget communication. En outre, et pour des raisons fort compréhensibles, les produits permettant l'utilisation efficace et économique du P.C. ne bénéficient généralement pas d'un support enthousiaste de la part des revendeurs de matériel informatique. De nombreux produits utiles restent ainsi inconnus du public... On peut penser que l'usage de plus en plus courant d'Internet, de pair avec la maturité grandissante des utilisateurs va changer radicalement cette situation.

Question: Vos logiciels fonctionnent sous DOS, or DOS va disparaitre ?

>> Réponse: Vous êtes victime du discours marketing qui permet à certains de gagner beaucoup d'argent, revoyez notre page d'introduction. DOS est un système d'exploitation incontournable. Rappelons que WIN98, environnement graphique très largement employé est un logiciel fonctionnant sous DOS. Il y a obligation, pour tout système d'exploitation présent ou à venir, de pouvoir faire parfaitement fonctionner un logiciel DOS ainsi nos logiciels fonctionnent-ils tout aussi bien directement sous DOS que sous Win2000/XP, LINUX et même MAC !

Question (classique, depuis 1980): MILEC est visiblement une petite structure qui ne peut que disparaître rapidement ?

>> Réponse : MILEC est effectivement une petite structure faisant appel à un réseau de collaborateurs ou de correspondants - dont certains expert-comptables de haut niveau - très spécialisés avec lesquels les échanges se font par modem (e-mail, transfert de fichiers, etc...) cette structure est très solide et elle l'a prouvé...

Question : Comment MILEC peut-il vivre en proposant des solutions qui ne lui assurent aucun revenu récurrent ?

>> Réponse : Une structure légère permet à MILEC de ne viser que la vente de licences. Un de nos arguments est que nous ne recherchons absolument pas le revenu récurrent, cette optique s'oppose directement à celle du 'lobby'.

Question: Incroyable ! Comment oser parler encore de DOS alors que la révolution Internet est en marche et qu'il faut d'urgence songer à l'informatique du 3ème millénaire ? Les cabinets qui ne prévoient pas dès aujourd'hui l'usage intensif des NTIC sont condamnés à disparaitre dans les cinq ans qui viennent !

>> Réponse : Soit vous êtes partie prenante du 'lobby' soit vous êtes un naïf qui se verra d'ici quelques mois condamné à travailler 70 heures par semaine pour maintenir son standing de vie ! L'emploi du DOS pour traiter les dossiers comptables n'interdit absolument pas l'usage, par ailleurs, des 'nouvelles technologies': le danger est dans l'emploi de logiciels 'intégrés' dont l'usage est contraignant, ruineux, et vise surtout à vous rendre dépendant. Les systèmes auxquels vous faites allusion (où il est question d' internet, intranet, groupware, EDI, service ASP, portail déclaratif, normes et formats de fichiers de toutes sortes, etc... etc...), d'une part entièrement basés sur WINDOWS et d'autre part devant être constamment adaptés aux évolutions des lois de finance ne fonctionneront (dans l'état actuel des choses) jamais de manière à la fois simple, souple et fiable et seront une source systématique de problèmes et de dépenses informatiques pour les cabinets ! Il faut garder à l'esprit qu'Internet est désormais avant tout destiné au grand public, qu'il s'agit d'un MEDIA, au même titre que la radio ou la télévision, n'offrant strictement aucune fiabilité dans les échanges d'informations, que les techniques mises en oeuvre sont d'une grande complexité et en constante évolution. Tous ces discours à propos des nouvelles technologies, dont on tente de rendre l'usage nécessaire sinon obligatoire, émanent en premier lieu du 'lobby' dont nous avons parlé plus ou moins directement allié à de grosses structures dont l'intérêt commun est d'accroître leur emprise sur les plus petites (ce phénomène est-il, ou sera-t-il, consciemment ou non, encouragé par l'administration ? devra-t-on un jour obligatoirement disposer d'un ordinateur - qui ne pourra être que muni de la dernière version de WINDOWS ! - et d'un logiciel dit 'agréé' fourni par la société XXX ou YYY appartenant au lobby pour faire sa déclaration fiscale ?).

Les cabinets qui vont disparaitre sont ceux qui acceptent de perdre petit à petit leur indépendance... un grand pas dans cette direction consiste à se laisser convaincre de la nécessité de mettre en place un système informatique totalement incontrôlable et inutilement sophistiqué.

 


Dernière modification en Octobre 2005 - Tous droits réservés

Retour à la page principale